Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/168

Cette page a été validée par deux contributeurs.
135
ACTE IV

COTTON

Comment… ? vous… ?


EBERKOPF

Je raffle tout ! (Il se dirige vers le yacht.)


COTTON

Mon intérêt m’ordonne d’en prendre ma part. (Il le suit.)


TROMPETERSTRAHLE

Ah ! le gueux !


BALLON

Une vraie canaille ! Mais enfin… (Il suit les deux autres.)


TROMPETERSTRAHLE

Il faut bien que je les suive. Mais je proteste en face du monde entier ! (Il se dirige du même côté.)



(Un autre point de la côte. Clair de lune. Des nuages traversent le firmament. Au loin, le yacht marche à toute vapeur.)

(Peer Gynt longe la côte en courant. Tantôt il se pince le bras, tantôt il fixe ses regards sur la mer et l’horizon.)


PEER GYNT

C’est une vision, un cauchemar ! Je vais me réveiller ! Il marche comme une flèche vers le large ! Mais non, je rêve, je dors, je suis ivre ! (Se tordant les mains.) Il est impossible que je meure ainsi ! (S’arrachant les cheveux.) Un rêve ! Je veux que ce soit un rêve ! Ah ! c’est épouvantable ! Brrr : Et