Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/164

Cette page a été validée par deux contributeurs.
131
ACTE IV

COTTON

C’est trop dire, tout au plus pour un farceur.


TROMPETERSTRAHLE (cherchant à l’embrasser)

Et moi, mon vieux, pour un exemplaire de la pire racaille yankee ! — Pardonnez-moi !


EBERKOPF

Nous nous sommes tous trompés.


PEER GYNT

Ah ça ? Que me chantez-vous là !


EBERKOPF

La voici, dans toute sa splendeur, l’armée gyntienne des convoitises, des désirs, des passions !


BALLON (avec admiration)

Voilà donc, monsieur Gynt, ce que vous appelez être !


EBERKOPF (de même)

Être un Gynt et faire honneur à son nom !


PEER GYNT

Voyons… m’apprendrez-vous… !


BALLON

Comment ? Vous ne comprenez pas ?


PEER GYNT

Qu’on me pende si je sais ce que vous voulez dire !