Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.
95
ACTE III

SOLVEIG

Ma petite sœur Holga m’a transmis ton message. Le vent et le silence m’en ont apporté d’autres. Et ta mère aussi, en me parlant de toi, et mes rêves, et mes longues nuits et mes jours solitaires, tout me disait de venir ici. Ma vie s’éteignait là-bas ; je ne pouvais plus rire ni pleurer à mon aise. Je suis venue sans savoir ce que tu avais au cœur. Je suis venue parce que je ne pouvais pas faire autrement.


PEER GYNT

Mais que dira ton père ?


SOLVEIG

Sur la vaste terre, sous le ciel de Dieu, il n’y a plus pour moi ni père ni mère, il n’y a plus personne.


PEER GYNT

Solveig, ma chérie, tu as tout quitté pour venir à moi ?


SOLVEIG

Oui, tu me remplaceras tout. Tu seras mon ami et ma consolation. (Pleurant.) J’ai eu pourtant de la peine à quitter ma petite sœur et mon père, et celle qui m’a nourrie ; c’est là ce qu’il y a eu de plus dur. Non, mon Dieu, le plus dur cela a été de les quitter tous, tous à la fois !