Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/108

Cette page a été validée par deux contributeurs.
75
ACTE II

LE VIEUX DE DOVRE

Où comptes-tu aller ?


PEER GYNT

Je compte aller mon chemin tout bonnement.


LE VIEUX DE DOVRE

Halte-là ! Il est facile d’entrer chez le Vieux de Dovre, mais impossible d’en sortir.


PEER GYNT

Voudrais-tu me faire violence ?


LE VIEUX DE DOVRE

Écoute-moi, prince Peer, et sois raisonnable ! Tu as un vrai talent de sorcier, n’est-ce pas ? On te prendrait déjà pour un troll, ou peu s’en faut. Et tu veux le devenir… ?


PEER GYNT

Pardieu, oui, je le veux ! Pour épouser une princesse et gagner un beau royaume, je serais disposé à faire quelques sacrifices. Mais tout a des bornes. Je me suis laissé attacher une queue, c’est vrai, mais je suis toujours libre de la détacher ; je me suis débarrassé de ma culotte qui, d’ailleurs, était vieille et usée, mais je puis la reprendre, si bon me semble. Et il m’est sans doute loisible d’envoyer promener de même toutes vos modes de Dovre.