Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/107

Cette page a été validée par deux contributeurs.
74
PEER GYNT

ferai un grand œil de bœuf, ou plutôt un œil de taureau. Tu verras comme la mariée te paraîtra belle ! Et jamais plus tu n’apercevras de truies dansantes ni de vaches jouant de la harpe.


PEER GYNT

Mais tout cela est pure folie !


LE PREMIER TROLL

Tais-toi et laisse parler le vieux de Dovre ! C’est toi qui es fou et lui qui est sage.


LE VIEUX DE DOVRE

Penses-y bien ! Que de peines et d’ennuis tu pourrais t’épargner ! Souviens-toi que les yeux sont la source impure d’où découle l’amer flot des larmes.


PEER GYNT

C’est vrai. Les livres de piété disent même : « Si ton œil te scandalise, arrache-le. » Eh bien, écoute ! Dis-moi combien il faut de temps pour qu’un œil ainsi traité redevienne un œil humain ?


LE VIEUX DE DOVRE

Il ne le redeviendra jamais, mon fils.


PEER GYNT

Vraiment ? En ce cas, je vais te dire bonsoir et merci.