Page:Huot - Le trésor de Bigot, 1926.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.
37
LE TRÉSOR DE BIGOT

Tricentenaire tourna le Sedan et se dirigea vers St-Henri.

Où diable allait-il ?

C’était ce que se demandait maintenant Jules Laroche.

Il suivait toujours de loin.

Le secrétaire du détective suivit la même route en sens inverse. Puis, prenant la route Lévis-Jackman à Pintendre, il poussa vers St-Henri.

Arrivé dans ce village, il stoppa en face de la résidence du notaire et y entra.

Jules tourna à l’église et cacha son « Racer » en face du presbytère.

De cet endroit, il put voir Tricentenaire entrer chez le notaire et en sortir quelques instants plus tard pour monter de nouveau dans le Sedan et prendre cette fois la direction de Lévis.

Immédiatement Jules Laroche fit descendre la jeune fille de sa voiture et lui dit précipitamment :

— Je serai chez vous demain matin.

— À quelle heure ?

— Je n’en sais rien. Attendez-moi.

Puis la jeune fille le vit disparaître dans un nuage de poussière sur la route, s’en allant vers Lévis.

Elle reprit le chemin de sa résidence.

Son père était dans le cabinet de travail.

Il faisait nuit.

— Où est monsieur Laroche ? interrogea-t-il.

— Il vient de me quitter.

— Son serviteur l’a justement demandé ici, il y a quelques minutes.

— Que lui avez-vous dit ?

— Je lui ai dit que je ne savais pas où vous étiez et que je commençais à être inquiet. Ah ! quand tout cela va-t-il finir ?…

— Voyons, papa, papa…

Et la jeune fille passa dans la salle à manger où la servante avait préparé le souper.


XI

« AU CHEVAL DE BOIS »


Jules Laroche abandonna son automobile sur l’avenue Laurier, à Lévis, Tricentenaire embarquant à ce moment dans le bateau sur le point de partir pour Québec.

— Il vaut mieux que je prenne le bateau à pieds, réfléchit-il, car mon mystérieux Champlain pourrait remarquer le « Racer ». Et tout serait fini sans doute. »

Le détective se dirigea en courant vers le ponton, car, de deux coups de sirène, le navire venait d’annoncer son départ. Il eut juste le temps de sauter à bord au moment où le deux matelots enlevaient les amarres.

Pendant la traversée de cinq minutes, il réfléchit à ce qui venait de se passer.

Malgré toute l’évidence qu’il avait contre son secrétaire et factotum, il hésitait à le croire coupable même de complicité, même de duperie à son égard.

Mais où diable allait-il, le père Latulippe couché à l’arrière du Sedan ?

Mystère !…

À Québec, Champlain s’engouffrait dans la Côte de la Montagne quand Jules, hélant un taxi, ordonna au chauffeur de la suivre.

Quelle ne fut pas sa stupéfaction quand il vit Tricentenaire arrêter en face de la résidence du détective et sonner à la porte.

Jules sauta du taxi, et frôlant les murs, vint se placer à portée de la voix de son secrétaire.

Une bonne était venue ouvrir.

Champlain lui demanda :

— Monsieur Laroche est-il ici ?

La servante fit un signe de tête négatif.

— Mais où peut-il être ? Je vais à St-Henri, il n’y est pas. Je viens ici. Même réponse ?

Le jeune serviteur semblait être dans une grande perplexité.

Enfin il se décida, courut à son automobile et en enleva le père Latulippe que le mouvement tira sans doute de son évanouissement, car il se mit à se débattre.

Du Jardin-du-Fort, un agent de police avait remarqué ces agissements louches et il s’en venait à pas rapides.

Champlain, ployant sous le fardeau, entra le père Latulippe dans la maison, à la grande stupéfaction de la servante qui ne cessait de demander :

— Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que c’est que ça ?

L’agent de police arrivait. Jules l’arrêta et lui dit :

— Laissez faire, laissez faire.

Puis il lui montra son insigne de détective.

L’agent le considéra :