Page:Hugo - Les Misérables Tome V (1890).djvu/86

Cette page n’est pas destinée à être corrigée.



LES MISÉRABLES





XV

GAVROCHE DEHORS



Gavroche n’était tombé que pour se redresser ; il resta assis sur son séant, un long filet de sang rayait son visage, il éleva ses deux bras en l’air, regarda du côté d’où était venu le coup, et se mit à chanter.

Je suis tombé par terre,
C’est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C’est la faute à…

Il n’acheva point.

(Volume V. — Livre I : Chapitre XV).