Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - I UN ANCIEN SALON.png
I


UN ANCIEN SALON


Lorsque M. Gillenormand habitait la rue Servandoni, il hantait plusieurs salons très bons et très nobles. Quoique bourgeois, M. Gillenormand était reçu. Comme il avait deux fois de l’esprit, d’abord l’esprit qu’il avait, ensuite l’esprit qu’on lui prêtait, on le recherchait même, et on le fêtait. Il n’allait nulle part qu’à la condition d’y dominer. Il est des gens qui veulent à tout prix l’influence et qu’on s’occupe d’eux ; là où ils ne peuvent être oracles, ils se font loustics.