Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/67

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - VIII LES DEUX NE FONT PAS LA PAIRE.png
VIII


LES DEUX NE FONT PAS LA PAIRE


Quant aux deux filles de M. Gillenormand, nous venons d’en parler. Elles étaient nées à dix ans d’intervalle. Dans leur jeunesse elles s’étaient fort peu ressemblé, et, par le caractère comme par le visage, avaient été aussi peu sœurs que possible. La cadette était une charmante âme tournée vers tout ce qui est lumière, occupée de fleurs, de vers et de musique, envolée dans des espaces glorieux, enthousiaste, éthérée, fiancée dès l’enfance dans l’idéal à une vague