Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/352

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - X TARIF DES CABRIOLETS DE RÉGIE - DEUX FRANCS L’HEURE.png
X


TARIF DES CABRIOLETS DE RÉGIE :
DEUX FRANCS L’HEURE


Marius n’avait rien perdu de toute cette scène, et pourtant en réalité il n’en avait rien vu. Ses yeux étaient restés fixés sur la jeune fille, son cœur l’avait pour ainsi dire saisie et enveloppée tout entière dès son premier pas dans le galetas. Pendant tout le temps qu’elle avait été là, il avait vécu de cette vie de l’extase qui suspend les perceptions matérielles et précipite toute l’âme sur un seul point. Il