Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/342

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Les Misérables - Le rayon dans le bouge.jpg
VIII


LE RAYON DANS LE BOUGE


La grande fille s’approcha et posa sa main sur celle de son père.

— Tâte comme j’ai froid, dit-elle.

— Bah ! répondit le père, j’ai bien plus froid que cela.

La mère cria impétueusement :

— Tu as toujours tout mieux que les autres, toi ! même le mal.

— À bas ! dit l’homme.