Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/328

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - VI L’HOMME FAUVE AU GÎTE.png
VI


L’HOMME FAUVE AU GÎTE


Les villes, comme les forêts, ont leurs antres où se cache tout ce qu’elles ont de plus méchant et de plus redoutable. Seulement, dans les villes, ce qui se cache ainsi est féroce, immonde et petit, c’est-à-dire laid ; dans les forêts, ce qui se cache est féroce, sauvage et grand, c’est-à-dire beau. Repaires pour repaires, ceux des bêtes sont préférables à ceux des hommes. Les cavernes valent mieux que les bouges.