Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/257

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tique, c’est que la contradiction entre son regard qui était triste et son sourire qui était joyeux donnait à son visage quelque chose d’un peu égaré, ce qui fait qu’à de certains moments ce doux visage devenait étrange sans cesser d’être charmant.