Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/198

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - I MARIUS INDIGENT.png
I


MARIUS INDIGENT


La vie devint sévère pour Marius. Manger ses habits et sa montre, ce n’était rien. Il mangea de cette chose inexprimable qu’on appelle de la vache enragée. Chose horrible, qui contient les jours sans pain, les nuits sans sommeil, les soirs sans chandelle, l’âtre sans feu, les semaines sans travail, l’avenir sans espérance, l’habit percé au coude, le vieux chapeau qui fait rire les jeunes filles, la porte qu’on trouve fermée le soir parce qu’on ne paye pas son loyer, l’insolence