Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/184

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - V ÉLARGISSEMENT DE L’HORIZON.png
V


ÉLARGISSEMENT DE L’HORIZON


Les chocs des jeunes esprits entre eux ont cela d’admirable qu’on ne peut jamais prévoir l’étincelle ni deviner l’éclair. Que va-t-il jaillir tout à l’heure ? on l’ignore. L’éclat de rire part de l’attendrissement. Au moment bouffon, le sérieux fait son entrée. Les impulsions dépendent du premier mot venu. La verve de chacun est souveraine. Un lazzi suffit pour ouvrir le champ à l’inattendu. Ce sont des entretiens à brusques tournants où la perspective change tout