Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/167

Cette page a été validée par deux contributeurs.


En ce moment Courfeyrac sortait du café.

Marius sourit tristement.

― Je suis dans ce loyer depuis deux heures et j’aspire à en sortir ; mais, c’est une histoire comme cela, je ne sais où aller.

— Monsieur, dit Courfeyrac, venez chez moi.

― J’aurais la priorité, observa Laigle, mais je n’ai pas de chez moi.

― Tais-toi, Bossuet, reprit Courfeyrac.

― Bossuet, fit Marius, mais il me semblait que vous vous appeliez Laigle.

― De Meaux, répondit Laigle ; par métaphore, Bossuet.

Courfeyrac monta dans le cabriolet.

― Cocher, dit-il, hôtel de la Porte-Saint-Jacques.

Et le soir même, Marius était installé dans une chambre de l’hôtel de la Porte-Saint-Jacques côte à côte avec Courfeyrac.