Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/162

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - II ORAISON FUNÈBRE DE BLONDEAU, PAR BOSSUET.png
II


ORAISON FUNÈBRE DE BLONDEAU, PAR BOSSUET


Une certaine après-midi, qui avait, comme on va le voir, quelque coïncidence avec les événements racontés plus haut, Laigle de Meaux était sensuellement adossé au chambranle de la porte du café Musain. Il avait l’air d’une cariatide en vacances ; il ne portait rien que sa rêverie. Il regardait la place Saint-Michel. S’adosser, c’est une manière d’être couché debout qui n’est point haïe des songeurs. Laigle de Meaux pensait, sans mélancolie, à une petite mésaventure