Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/97

Cette page n’a pas encore été corrigée


XI.

 
Croyez-vous donc, songeurs qui vous apitoyez
Sur l’affreux mendiant des ravins non frayés,
Sur le larron des bois, demi-nu, maigre et blême,
Que ce bandit n’est pas un despote lui-même ?