Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/31

Cette page n’a pas encore été corrigée


Devant le monde entier fléchissant le genou
Et la toute-puissance étoilée et terrible,
Est-il un seul de vous qui s’affirme infaillible ? ―
Qui donc, hors Jésus-Christ, osera dire : Moi !

Reculez, reculez devant ce gouffre : roi !
Devant ce noir sommet des vertiges : le trône !

O vivants, soyez bons, priez, faites l’aumône.
A qui l’aumône ? A tous. Souvenez-vous qu’ici
La compassion sainte est une aumône aussi,
Et que la charité qui nourrit et désarme,
Tombe des mains obole et tombe du cœur larme !