Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/19

Cette page n’a pas encore été corrigée


Et dans ses beaux yeux clairs où l’amour semble éclore
Il a du paradis toute l’immense aurore.

À présent regardez cet homme, Villeroy ;

Il vient, l’ange le voit approcher sans effroi,
Et cet homme, du haut du balcon de Versaille,
Lui montre au loin la foule énorme qui tressaille
Et s’agite et se meut, bonne et calme d’ailleurs,
Le grand fourmillement des hommes travailleurs,
Les pas, les fronts, les yeux, l’ouvrier aux bras rudes,
Les ondulations des vastes multitudes,
La ville aux mille bruits vivants, graves et doux,
Et dit à cet enfant : Tout ce peuple est à vous !

Vous avez ces enfants, ces hommes et ces femmes ;
Vous possédez les corps, vous possédez, les âmes ;
A vous leur toit, à vous leur or, à vous leur sang ;
Le champ et la maison sont à vous ; ce passant
Vous appartient ; soufflez si vous voulez qu’il meure ;