Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/118

Cette page n’a pas encore été corrigée


O sinistre unité du mal ! analogie
Du fou que fait la faim au fou que fait l’orgie !
Ils ont ce noir lien, c’est qu’ils ne savent pas.
Dans leurs deux sphères d’ombre ils font les mêmes pas »
Ils sont le crépuscule et ne savent que nuire ;
Ignorer, c’est haïr ; ignorer, c’est détruire ;
La brutalité vient, la férocité suit ;
L’homme de proie, hélas, sort de l’homme de nuit ;
Une prunelle horrible en ces ombres s’allume ;
Le brigand, le tyran, c’est, dans la même brume,
Le même oiseau de nuit qui vole, atroce et fou ;
Gengiskhan et Mandrin sont le même hibou ;
La même obscurité dépravée et farouche
Fait en haut Louis quinze et fait en bas Cartouche.

Oui, je vous le répète, allez, interrogez,
Philosophes, les lois, les mœurs, les préjugés,
Les vieux siècles saignants, ces témoins unanimes ;
Creusez, fouillez l’histoire, embaumement des crimes ;
Ouvrez ce panthéon des-dynastes défunts