Page:Hugo - Actes et paroles - volume 1.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ces élections fatales, qu’il fallait ajourner à tout prix pour le salut public, et qu’on a ajournées, ce sont les élections dont vous êtes sortis. (Profonde sensation.)

Eh bien, messieurs, ce qu’on disait, il y a dix mois, de l’assemblée constituante, on le dit aujourd’hui de l’assemblée législative.

Je laisse vos esprits conclure, je vous laisse interroger vos consciences, et vous demander à vous-mêmes ce que vous avez été, et ce que vous avez fait. Ce n’est pas ici le lieu de détailler tous vos actes ; mais ce que je sais, c’est que la civilisation, sans vous, eût été perdue, c’est que la civilisation a été sauvée par vous. Or sauver la civilisation, c’est sauver la vie à un peuple. Voilà ce que vous avez fait, voilà comment vous avez répondu aux prophéties sinistres qui voulaient retarder votre avènement. (Vive et universelle approbation.)

Messieurs, j’insiste. Ce qu’on disait, avant, de vous, on le dit aujourd’hui de vos successeurs ; aujourd’hui, comme alors, on fait de l’assemblée future un péril ; aujourd’hui, comme alors, on se défie de la France, on se défie du peuple, on se défie du souverain. D’après ce que valaient les craintes du passé, jugez ce que valent les craintes du présent. ( Mouvement.)

On peut l’affirmer hautement, l’assemblée législative répondra aux prévisions mauvaises comme vous y avez répondu vous-mêmes, par son dévouement au bien public.

Messieurs, dans les faits que je viens de citer, dans le rapprochement que je viens de faire, dans beaucoup d’autres actes que je ne veux pas rappeler, car j’apporte à cette discussion une modération profonde (C’est vrai.), dans beaucoup d’autres actes, qui sont dans toutes les mémoires, il n’y a pas seulement la réfutation d’un argument, il y a une évidence, il y a un enseignement. Cette évidence, cet enseignement, les voici : c’est que depuis onze mois, chaque fois qu’il s’agit de consulter le pays, on hésite, on recule, on cherche des faux-fuyants. (Oui ! oui ! non ! non !)

M. de La Rochejaquelein. — On insulte constamment au suffrage universel.

Un membre. — Mais on a avancé l’époque de l’élection du président.