Page:Hugo - Actes et paroles - volume 1.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI
QUESTION DES ENCOURAGEMENTS
AUX LETTRES ET AUX ARTS

10 novembre 1848.

M. Le président. — L’ordre du jour appelle la discussion du budget rectifié de 1848.

M. Victor Hugo. — Personne plus que moi, messieurs (Plus haut ! plus haut !), n’est pénétré de la nécessité, de l’urgente nécessité d’alléger le budget ; seulement, à mon avis, le remède à l’embarras de nos finances n’est pas dans quelques économies chétives et détestables ; ce remède serait, selon moi, plus haut et ailleurs ; il serait dans une politique intelligente et rassurante, qui donnerait confiance à la France, qui ferait renaître l’ordre, le travail et le crédit… (agitation) et qui permettrait de diminuer, de supprimer même les énormes dépenses spéciales qui résultent des embarras de la situation. C’est là, messieurs, la véritable surcharge du budget, surcharge qui, si elle se prolongeait et s’aggravait encore, et si vous n’y preniez garde, pourrait, dans un temps donné, faire crouler l’édifice social.

Ces réserves faites, je partage, sur beaucoup de points, l’avis de votre comité des finances.

J’ai déjà voté, et je continuerai de voter la plupart des réductions proposées, à l’exception de celles qui me paraîtraient tarir les sources mêmes de la vie publique, et de