Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome VI.djvu/350

Cette page n’a pas encore été corrigée


328 MILLE FRANCS DE RECOMPENSE. Je vous tiens. Je vous prends. Je vous garde. Dès ce soir. Vous êtes à moi. Vous entrez immédiatement en fonction. Vous passerez la nuit dans cette chambre.

GLAPIEU.

Je dois insister pour faire observer à monsieur le baron que je n’ai ni famille, ni répondants, ni papiers. Je suis étranger à Paris. Je suis même étranger à tout. J’arrive de province, aujourd’hui même, pour chercher à me placer. Il n’y a que mon travail qui me connaisse et je ne connais que lui. Je me nomme Glapieu. Je suis enfant trouvé. LE BARON DE PUENCARRAL.

C’est cela, je vous trouve. Vous n’êtes pas honnête, vous êtes l’honnêteté. Je cherchais un homme. La providence a mis le doigt dessus. Vous êtes à moi, entendez-vous. Deux mille francs par an. Défrayé de tout. Vous couchez ici. Voilà votre lit. C’est dit. GLAPIEU.

Il ne me reste qu’à m’incliner. Le baron de Puencarral sonne. L’huissier paraît. LE BARON DE PUENCARRAL, à l’huissier. Vous ferez savoir demain dans les bureaux que l’homme que voici est de la maison.

À Glapieu.

Vous m’avez dit que vous vous nommez. ? GLAPIEU.

Glapieu.

LE BARON DE PUENCARRAL, à l’huissier. Glapieu. Il est chargé de garder la caisse. Il couche dans cette chambre. Il regarde la pendule.

Comme le temps passe ! il est plus de onze heures. Je rentre dans mon appartement.

À l’huissier.

Éclairez-moi.

L’huissier prend le flambeau à trois branches. A Glapieu, en lui montrant le cordon de la sonnette.

Si vous avez besoin de quelque chose , vous sonnerez. Demandez tout ce qui vous est nécessaire.