Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome VI.djvu/325

Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE II, SCENE IV. 303 M. BARUTIN. Mort r GLAPIEU. Pour qui me prenez-vous ? mort ! par exemple ! Je ne rapporte les gens que vivants. Je ne suis pas un médecin, moi ! VOIX dans la fotile. Un médecin ! au fait, où est le médecin.»* M. BARUTIN. Hé , le pierrot qui est médecin ! . LE PIERROT. Moi.’* me voici, rangez-vous. Il va à Edgar Marc. On s’écarte. VOIX dans la foule, 11 paraît que c’est un médecin fameux. AUTRE VOIX. On dit que c’est Dupuytren. Une escouade de police apporte une civière. On y place Edgar Marc. AUTRE VOIX. Le noyé ne remue pas. AUTRE VOIX. Il a les yeux fermes. GLAPIEU. n est assoupi par l’eau. Mais j’ai tâté le cœur. Le cœur bat. LE MÉDECIN, tâtant le pouls d’Edgar. L’homme est vivant. Il faut vite le porter au poste. On le ranimera. Surtout pas d’encombrement. La foule ôte l’air. Ecartez- vous tous. L’homme n’est pas mort. Je réponds de l’homme. Cypriennc, ranimée, écoute avidement.