Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome VI.djvu/291

Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE II, SCENE II. 269 enfants que vous avez là ! Elle a l’air d’être l’amie intime de l’univers. — Veux-tu un sandwich ? M. DE PONTRESME. Monsieur le vicomte de Léaumont, je te remercie. LE VICOMTE DE LÉAUMONT. Tu refuses.’* M. DE PONTRESME. J’accepte. Il prend un sandwich et mange. — L’habilleur pose un deuxième verre sur la table. L’HABILLEUR. Verserai- je à monsieur un verre de Champagne ? Il verse. M. DE PONTRESME, après avoir bu. Mon ami, si vous tenez à être un fripier du monde, il faut dire vin de Champagne. Un verre de Champagne, c’est du style d’antichambre et cela n’est pas digne d’un costumier tel que vous. LE VICOMTE DE LEAUMONT. Vingt maisons au moins. Monter à des quatrièmes î Je suis éreinté. C’est une bonne action fatigante. Je viens à ce bal me reposer. M. DE PONTRESME, mangeant un deuxième sandwich. Ça s’appelait autrefois le Tripot Sauvage. LE VICOMTE DE LEAUMONT. On dit que Louis XV y est venu. M. DE PONTRESME. Dans les temps. LE VICOMTE DE LEAUMONT. Avant la révolution les rois s’amusaient. Chienne de révolution. M. DE PONTRESME. Quel est le saint pour qui tu as quêté ?