Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome V.djvu/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Je descends de cheval auprès de ta fenêtre ;
Moi, je suis un monsieur.


CHARLES.

Moi, je suis un monsieur. Toi, tu ne peux pas être
Le monsieur.


CÉCILE, avec dignité.

Le monsieur. Je voudrais savoir votre raison.


CHARLES.

Quand on est une fille, on n’est pas un garçon.


CÉCILE.

Est-il brute !


CHARLES.

Est-il brute ! Un monsieur qui s’appelle Cécile !


CÉCILE.

Je mettrai ton chapeau, ce n’est pas difficile.
J’entre dans la cour ; toi, tu dis : Il est fort bien,
Ce jeune homme ! On aboie.


CHARLES.

Ce jeune homme ! On aboie. Et qui fera le chien ?


CÉCILE.

Adèle.


CHARLES.

Adèle. Adèle ! Oh ! non !


CÉCILE.

Adèle. Adèle ! Oh ! non ! Pourquoi donc, monsieur Charle ?


CHARLES.

Elle ne parle pas.