Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/310

Cette page n’a pas encore été corrigée


ERS|c|red}}

Que m’importe ?


CLAUDE FROLLO


Phoebus De Chateaupers, si vous passez le seuil de cette porte….


PHŒBUS DE CHATEAUPERS


Vous êtes fou !


CLAUDE FROLLO


Vous êtes mort !
Tremble ! c’est une égyptienne !
Elles n’ont ni loi, ni remord.
Leur amour déguise leur haine,
Et leur couche est un lit de mort !


PHŒBUS DE CHATEAUPERS

[riant]

Mon cher, rajustez votre cape.
Rentrez à l’hôpital des fous ;
Il me paraît qu’on s’en échappe.
Que Jupiter, saint Esculape,
Et le diable soient avec vous !


CLAUDE FROLLO


Ce sont des femmes infidèles.
Crois-en les publiques rumeurs.
Tout est ténèbres autour d’elles.
Phoebus De Chateaupers n’y va pas, ou tu meurs !
[L’insistance de Claude Frollo paraît troubler Phoebus De Chateaupers, qui considère son interlocuteur avec anxiété]


PHŒBUS DE CHATEAUPERS


Il m’étonne,
Il me donne
Malgré moi quelques soupçons.
Cette ville,
Peu tranquille,
Est pleine de trahisons.


CLAUDE FROLLO