Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/308

Cette page n’a pas encore été corrigée


ERS|c|red}}

Dans un moment !


LA ESMERALDA


Oh ! l’amour, volupté suprême !
Se sentir deux dans un seul cœur !
Posséder la femme qu’on aime !
Être l’esclave et le vainqueur !
Avoir son âme, avoir ses charmes !
Son chant qui sait vous apaiser !
Et ses beaux yeux remplis de larmes
Qu’on essuie avec un baiser !

[Pendant qu’il chante, les autres boivent et choquent leurs verres]


CHŒUR


C’est le bonheur suprême,
En quelque temps qu’on soit,
De boire à ce qu’on aime
Et d’aimer ce qu’on boit !


PHŒBUS DE CHATEAUPERS


Amis, la plus jolie,
Une grâce accomplie !
0 délire ! ô folie !
Amis, elle est à moi !


CLAUDE FROLLO

[à part]

À l’enfer je m’allie.
Malheur sur elle et toi !


PHŒBUS DE CHATEAUPERS


Le plaisir nous convie !
Épuisons sans retour
Le meilleur de la vie
Dans un instant d’amour !

Qu’importe après que l’on meure !
Donnons cent ans pour une heure,
L’éternité pour un jour !

[Le couvre-feu sonne. Les amis de Phoebus De Chateaupers se lèvent de table, remettent leurs épées, leurs chapeaux, leurs manteaux, et s’apprêtent à partir]


CHŒUR


Phoebus de Chateaupers, l’heure t’appelle
Oui, c’est le couvre-feu.
Va retrouver ta belle.
À la garde de Dieu !


PHŒBUS DE CHATEAUPERS