Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/109

Cette page n’a pas encore été corrigée


|Jane.|c}} Je ne sais pas. Mais je l’ai vu passer sous ce voile noir. Il me semble que si ç’avait été Gilbert, quelque chose aurait remué en moi, quelque chose se serait révolté, quelque chose se serait soulevé dans mon cœur, et m’aurait crié : Gilbert ! C’est Gilbert ! Je n’ai rien senti, ce n’est pas Gilbert !


La Reine

.

Que dis-tu là ? Ah ! Mon dieu ! Tu es insensée, ce que tu dis là est fou, et cependant cela m’épouvante. Ah ! Tu viens de remuer une des plus secrètes inquiétudes de mon cœur. Pourquoi cette émeute m’a-t-elle empêchée de surveiller tout moi-même ! Pourquoi m’en suis-je remise à d’autresqu’à moi du salut de Fabiano ? Éneas Dulverton est un traître. Simon Renard était peut-être là. Pourvu que je n’aie pas été trahie une deuxième fois par les ennemis de Fabiano ! Pourvu que ce ne soit pas Fabiano en effet… ! —quelqu’un ! Vite quelqu’un ! Quelqu’un ! (Deux geôliers paraissent. Au premier.) Vous, courez. Voici mon anneau royal. Dites qu’on suspende l’exécution. Au vieux-marché ! Au vieux-marché ! Il y a un chemin plus court, disais-tu, Jane ?


Jane.

Par le quai.

La Reine, au geôlier. Par le quai. Un cheval ! Cours vite ! (Le geôlier sort. Au deuxième geôlier). —vous, allez sur-le-champ à la tourelle d’Édouard-le-confesseur. Il y a là les deux cachots des condamnés à mort. Dans l’un de ces cachots, il y a un homme. Amenez-le-moi sur-le-champ. (Le geôlier sort.) Ah ! Je tremble ! Mes pieds se dérobent sous moi ; je n’aurais pas la force d’y aller moi-même. Ah ! Tu me rends folle comme toi ! Ah ! Misérable fille, tu me rends malheureuse comme toi ! Je te maudis, comme tu me maudis ! Mon dieu ! L’homme aura-t-il le temps d’arriver ? Quelle horrible anxiété ! Je ne vois plus rien. Tout est trouble dans mon esprit. Cette cloche, pour qui sonne-t-elle ? Est-ce pour Gilbert ? Est-ce pour Fabiano ?


Jane.

La cloche s’arrête.


La Reine

.

C’est que le cortége est sur la place de l’exécution. L’homme n’aura pas eu le temps d’arriver. (On entend un coup de canon éloigné.)


Jane.

Ciel !

{{Personnage|La Rei