Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome I.djvu/403

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


OVERTON, bas au vieux soldat.
Ha ! comme il vous rudoie !
Les sicaires ont pris les façons du tyran,

Et déjà la recrue insulte au vétéran.

LE SOLDAT, lui serrant la main.
Patience !
LE CHEF DU DÉTACHEMENT, à sa troupe.
Soldats ! l’Esprit saint nous rassemble.
Pour notre général prions Dieu tous ensemble !
OVERTON, au chef de la troupe.
Pour votre général ? dites donc votre roi.
LE CHEF DU DÉTACHEMENT.
Lui, notre roi ? Qui l’ose insulter ainsi ?
OVERTON.
Moi.
LE CHEF DU DÉTACHEMENT.
Hé bien ! vous mentez.

OVERTON.
Non.

LE CHEF DU DÉTACHEMENT.
Cromwell roi ! Dieu l’en garde !

OVERTON.
Il va l’être aujourd’hui.
LE CHEF DU DÉTACHEMENT.
Qui te l’a dit ?
Entre le champion d’Angleterre, armé de toutes pièces, à cheval, et flanqué de quatre hallebardiers qui portent devant lui une bannière aux armes du Protecteur.

OVERTON.
Regarde.