Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/23

Cette page n’a pas encore été corrigée



Noir dans l'immensité d'un tremblement hideux.
Soudain, comme heurté par quelque ouragan fauve,
Il s'ouvrit; et je vis une colline chauve;
Le crépuscule horrible et farouche tombait.
Un homme expirait là, cloué sur un gibet,
Entre deux vagues croix où pendaient deux fantômes;
D'une ville lugubre on distinguait les dômes;
Et le supplicié me cria: Je suis Dieu.

Les nuages erraient dans des rougeurs de feu;
J'entendis dans la nuit redoutable et sévère
Comme un souffle d'horreur qui murmurait: Calvaire!
L'obscurité faisait des plis comme un linceul.
Pâle, je contemplais, dans l'ombre où j'étais seul,
Comme on verrait tourner des pages de registres,
Ces apparitions de montagnes sinistres.

2 juillet 1856.