Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/80

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le péage, réglé par arrêté du maire,
Fait Beaujon immortel et Chodruc éphémère.
Pourrir gratis ! Jamais ! Le terrain est trop cher.
Tandis que, tripotant ce qui fut de la chair,
La chimie, en son antre où vole la phalène,
Fait de l’adipocire et du blanc de baleine
Avec le résidu des pâles meurt-de-faim,
Tel cadavre, vêtu d’un suaire en drap fin,
Regarde en souriant la mort aux yeux de tigre,
Jette au spectre sa bourse, et dit : Marquis d’Aligre.
Vos catacombes ont des perpétuités
Pour ceux-ci pour ceux-là des répits limités.
Votre tombe est un gouffre où le riche surnage.
Ce mort n’a pas payé son terme ; il déménage.
Le fantôme, branlant sur ses blancs tibias,
Portant tout avec lui, s’en va, comme Bias ;
Vivant, il fut sans pain, et, mort, il est sans terre.
L’ossuaire répugne aux os du prolétaire.
Seul Rothschild, dans l’oubli du caveau sans échos,
Est mangé par des rats et par des asticots
Qu’il paye et dont il est maître et propriétaire.
Oui, c’est l’étonnement de la pariétaire,
Du brin d’herbe, de l’if aussi noir que le jais,
Du froid cyprès, du saule en pleurs, de voir sujets
À des expulsions sommaires et subites
Des crânes qui n’ont plus leurs yeux dans leurs orbites.
Vos cimetières sont des lieux changeants, flottants,
Précaires, où les morts vont passer quelque temps,
À peine admis au seuil des ténébreux mystères,
Et l’éternité sombre y prend des locataires.
Quoi ! C’est là votre mort ! C’est avec de l’orgueil
Que vous doublez le bois lugubre du cercueil !
Vous gardez préséance, honneurs, grade, avantages !
Vous conservez au fond du néant des étages !
La chimère est bouffonne. Ah ! La prétention
Est rare, dans le lieu de disparition !