Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/328

Cette page n’a pas encore été corrigée


Tout est aveuglement quand tout n’est pas démence ;
Le ciel splendide est plein de la noirceur du sort ;
On entre dans la vie en criant ; on en sort
Ruisselant, nu, glacé, comme d’une tourmente.
Hélas ! L’enfant sanglote et l’homme se lamente ;
Ignorer, c’est pleurer, et savoir, c’est gémir.

Je pense à tout cela quand je ne puis dormir,
La nuit, quand le vent semble une voix qui témoigne,
Quand on entend le pas de quelqu’un qui s’éloigne.

16 janvier 1874.