Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/135

Cette page n’a pas encore été corrigée


qui n’ a plus que son âme ouverte dans la nuit !
Milton était aveugle.


Nadir.

Et Camoëns fut borgne.


Zénith.

ô Dieu. Je suis heureux ! Je contemple.


Nadir.

Je lorgne.
Platon contemple, et Juan lorgne ; il a l’ œil battu,
et Vénus dit tout bas à don Juan : montes-tu ?


Zénith.

Silence !


Nadir.

Mon don Juan, mon beau faquin robuste,
dit Vénus, ce Platon n’ est bon qu’ à faire un buste.


Zénith.

Tout est bien, tout est beau.


Nadir.

Hein ? Plaît-il ? S’ il vous plaît ?
J’ ai tant cherché le beau que j’ ai trouvé le laid.
Tout est mal.


Zénith.

L’ idéal rayonne, astre immobile.


Nadir.

Satan m’ a fait cadeau de l’ âme de Zoïle ;
je me la mets dans l’ œil en guise de lorgnon.


Zénith.

Tout glorifie…


Nadir.

à bas !