Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/59

Cette page a été validée par deux contributeurs.



La terre, que gonfle la sève,
Est un lieu saint, mystérieux,
Sublime, où la nudité d’Ève
Éclipse tout, hormis les cieux.

L’opulence est vaine, et s’oublie
Dès que l’idéal apparaît,
Et quand l’âme est d’extase emplie
Comme de souffles la forêt.

Horace est pauvre avec Lydie ;
Leurs amours ne sont point accrus
Par le marbre de Numidie
Qui pave les bains de Scaurus.

L’amour est la fleur des prairies.
Ô Virgile, on peut être Eglé
Sans traîner dans les Tuileries
Des flots de velours épinglé.

Femmes, nos vers qui vous défendent,
Point avares et point pédants,
Pour vous chanter, ne vous demandent
Pas d’autres perles que vos dents.

Femmes, ni Chénier, ni Properce
N’ajoutent la condition
D’une alcôve tendue en perse
À vos yeux, d’où sort le rayon.

Une Madelon bien coiffée,
Blanche et limpide, et riant frais,
Sera pour Perrault une fée,
Une dryade pour Segrais.