Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dieu, pour que l’Éden repousse,
Frais, tendre, un peu sauvageon,
Presse doucement du pouce
Ce globe, énorme bourgeon.

Plus de roi. Dieu me pénètre.
Car il faut, retiens cela,
Pour qu’on sente le vrai maître,
Que le faux ne soit plus là.

Il met, lui, l’unique père,
L’Éternel toujours nouveau,
Avec ce seul mot : Espère,
Toute l’ombre de niveau.

Plus de caste. Un ver me touche.
L’hysope aime mon orteil,
Je suis l’égal de la mouche,
Étant l’égal du soleil.

Adieu le feu d’artifice
Et l’illumination.
J’en ai fait le sacrifice.
Je cherche ailleurs le rayon.

D’augustes apothéoses,
Me cachant les cieux jadis,
Remplaçaient, dans des feux roses,
Jéhovah par Amadis.

On emplissait la clairière
De ces lueurs qui, soudain,
Font sur ses pieds de derrière
Dresser dans l’ombre le daim.