Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Histoire, tome I.djvu/70

Cette page n’a pas encore été corrigée


le parti bedeau, moins de livres ! impôt sur les chiens, les colliers payeront ; impôt sur les sénateurs, les armoiries payeront. Voilà qui va être populaire ! dit M. Bonaparte en se frottant les mains. C’est l’empereur socialiste, vocifèrent les affidés dans les faubourgs ; c’est l’empereur catholique, murmurent les béats dans les sacristies. Qu’il serait heureux, s’il pouvait passer ici pour Constantin et là pour Babeuf ! Les mots d’ordre se répètent, l’adhésion se déclare, l’enthousiasme gagne de proche en proche, l’école militaire dessine son chiffre avec des bayonnettes et des canons de pistolet, l’abbé Gaume et le cardinal Gousset applaudissent, on couronne de fleurs son buste à la halle, Nanterre lui dédie des rosières, l’ordre social est décidément sauvé, la propriété, la famille et la religion respirent, et la police lui dresse une statue.

De bronze ?

Fi donc ! c’est bon pour l’oncle.

De marbre ! tu es Pietri et super hanc pietram œdificabo effigiem meam[1]. Ce qu’il attaque, ce qu’il poursuit, ce qu’ils poursuivent tous avec lui, ce sur quoi ils s’acharnent, ce qu’ils veulent écraser, brûler, supprimer, détruire, anéantir, est-ce ce pauvre homme obscur qu’on appelle instituteur primaire ? est-ce ce carré de papier qu’on appelle un journal ? est-ce ce fascicule de feuillets qu’on appelle un livre ? est-ce cet engin de bois et de fer qu’on appelle une presse ? non, c’est toi, pensée, c’est toi, raison de l’homme, c’est toi, dix-neuvième siècle, c’est toi, Providence, c’est toi, Dieu ! Nous qui les combattons, nous sommes « les éternels ennemis de l’ordre » ; nous sommes, car ils ne trouvent pas encore que ce mot soit usé, des démagogues. Dans la langue du duc d’Albe, croire à la sainteté de la conscience humaine, résister à l’inquisition, braver le bûcher pour sa foi, tirer l’épée pour sa patrie, défendre son culte, sa ville, son foyer, sa maison, sa famille, son Dieu, cela se nommait la gueuserie ; dans la langue de Louis Bonaparte, lutter pour la liberté, pour la justice, pour le droit, combattre pour la cause du progrès, de la civilisation, de la France, de l’humanité, vouloir l’abolition de

  1. On lit dans une correspondance bonapartiste :

    « La commission nommée par les employés de la préfecture de police a estimé que le bronze n’était pas digne de reproduire l’image du Prince : c’est en marbre qu’elle sera taillée ; c’est sur le marbre qu’on la superposera. L’inscription suivante sera incrustée dans le luxe et la magnificence de la pierre : « Souvenir du serment de fidélité au prince-président, prêté par les employés de la préfecture de police, le 20 mai 1852, entre tes mains de M. Piétri, préfet de police. »

    « Les souscriptions entre les employés, dont il a fallu modérer le zèle, seront ainsi réparties : chef de division, 10 francs ; chef de bureau, 6 francs ; employés à 1800 francs d’appointements, 3 francs ; à 1500 francs d’appointements, 2 fr. 50 ; – enfin à 1200 francs d’appointements, 2 francs. On calcule que cette souscription s’élèvera à plus de 6000 francs. »