Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Histoire, tome I.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


uns ont fourni la croix, les autres les clous, les autres le marteau. Falloux lui a mis au front la couronne d’épines. Montalembert lui a appuyé sur la bouche l’éponge de vinaigre et de fiel. Louis Bonaparte est le misérable soldat qui lui a donné le coup de lance au flanc et lui a fait jeter le cri suprême : Eli ! Eli ! Lamma Sabactani !

Maintenant c’est fini. Le peuple français est mort. La grande tombe va s’ouvrir.

Pour trois jours.