Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/333

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Vous avez en ce moment, comme le géant de Rhodes, les pieds sur deux rivages, Paris et Bruxelles. À quand François les bas bleus ? Quant aux Misérables, je sais que Charles s’y absorbe. J’espère que tout ira bien. Le jour du triomphe de François les bas bleus pensez à moi, le claqueur lointain. Songez que votre lumière fait partie de mon jour.

Mettez-moi aux pieds de madame Paul Meurice. À bientôt. À toujours. Si vous saviez comme je vous aime !

V.[1]


1863


Au même[2].


À H.-H., 4 janvier.

Je vous exonère d’un ennui. M. Eugenia Carada, un jeune valaque qui est venu me voir, retourne à Paris, et se charge de mes commissions. Il vous portera ma carte de visite, dont je destitue la poste. M. E. Carada est un homme distingué, parent de Mme Rosetti dont Michelet a raconté la belle histoire.

Voici, sous ce pli, un effet Hachette de 666 fr. payable à votre ordre. C’est pour couvrir les 618 fr. de l’assurance de la rue de Ménars que je vous prie d’envoyer, l’échéance approchant. Les 500 fr. de l’Institut aideront aussi à maintenir mon compte à flot.

Crémieux m’a écrit sans me donner son adresse. Est-ce que vous auriez la bonté de lui envoyer ce mot.

Vous faites un drame, bravo. Encore un triomphe pour vous dont je vois l’aube derrière l’horizon noir qui me sépare de Paris. Je pense à vous, je vous aime.

V.

Mes hommages et mes vœux aux pieds de madame Paul Meurice.

Un mot confidentiel. Qu’est-ce que M. Thalès Bernard qui m’écrit pour me prier de souscrire à un volume de critique littéraire qu’il va publier (10 francs) et où il parle de ce qu’il appelle mes « admirables livres ». — On me le dit très hostile. — Le connaissez-vous ? Que me conseillez-vous ? — Qu’avez-vous pensé de la demande de M. Baudelaire ? — M. Th. Bernard demeure 7 rue des Feuillantines[3].

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Bibliothèque Nationale.