Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/259

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Pour la dédicace, le filet au-dessous de la France aussi fin que possible. Préface, p. xvii, dernière ligne, pas de virgule après : esquissé. Voudrez-vous faire remettre ces deux lettres. Il va sans dire que Hetzel, qui va arriver, je pense, pourrait rectifier sur mon catalogue les indications de prix ou de format.

Rappelez, je vous prie, à M. Claye, que la préface doit être imprimée d’un autre caractère que les vers. Cher doux ami, Auguste nous arrive demain. Quand nous viendrez-vous ? Quelle joie de vous serrer dans mes bras[1] !


Au même[2].


Dimanche 11 7bre.

Auguste qui vient d’arriver me dit une chose qui me remplit de remords ; c’est que, dans ce moment-ci même, vous faites répéter une pièce. Cher et charmant ami, quelles excuses et quels remerciements vous faire ?' Au milieu de ce chaos de soucis et d’affaires qu’on appelle une pièce en répétition, vous trouvez le temps de vous occuper de moi ! Vous acceptez les mille soins minutieux des épreuves à corriger, vous ne vous rebutez pas, vous ne m’envoyez pas au diable, mon livre et moi, vous êtes admirable. — Eh bien, je suis condamné à abuser de votre inépuisable et généreuse amitié, et il faut, bon gré mal gré, que je vous laisse ramer dans ma galère. Continuons donc, et aimez-moi, et pardonnez-moi. — Tout ce que vous avez fait est excellent, tout ce que vous comptez faire est excellent ; je vous remercie et je vous aime de tout. — J’ai corrigé tout de suite les feuilles 7, 12, 13, 14, 15, 16, 17, que vous m’avez envoyées, vous trouverez sous ce pli l’erratum. Il contient six vers dans lesquels sont les deux rimes féminines que vous réclamez ; votre œil est plus l’œil du maître que le mien.


Au même[3].


13 septembre.

Cher ami, il faut répéter sur le titre du deuxième volume : Première série. — Histoire. — Les Petites Épopées. Ce sous-titre est commun aux deux volumes. Je reçois votre envoi. Voici l’erratum de la préface[4] : Vous trouverez ci-jointe une lettre pour M. Gust. Peaucellier. Soyez assez

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Inédite.
  4. Suivent des corrections.