Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et de mes livres ont été dispersés moi absent. Ce jour-là je suis sorti le matin de chez moi sans savoir que je n’y rentrerais pas le soir.

Quel est ce jour ? Le 2 décembre 1851.

Vous le voyez, je confirme et je complète les révélations lamentables, et je profite de l’occasion pour vous envoyer, cher et vaillant lutteur, un cordial serrement de main.

Victor Hugo[1].


À Madame Victor Hugo[2].


H.-H., dim. 9 juin.

Chère bien-aimée, tes lettres sont une grande douceur dans ma solitude. Tu vois tout et tu dis tout à merveille. Ton coup d’œil sur le retard d’Hernani est vrai, et il est vrai aussi que notre honnête gouvernement désire que Hernani fasse long feu. De là une molle langueur, et sans l’indomptable énergie d’Auguste, ce long feu finirait par à vau-l’eau. Ainsi les extrêmes peuvent s’accorder. Je remercie notre cher Auguste dans le petit mot que voici.

Remets cette lettre d’introduction pour Girardin à E. Allix.

Écris-moi bien vite. Je t’embrasse tendrement.

Tout est bien ici[3].


À Auguste Vacquerie[4].


H.-H., dim. 9 juin.

Mon admirable ami, je ne sais que vous dire. Vous êtes en plein rhumatisme et vous ne plantez pas là Hernani ! quel courage, et quelle bonté ! En regard de votre amitié, il y a la haine. Mais si acharnée qu’elle soit, elle ne fait point contrepoids. Je crois à la parfaite mauvaise volonté du gouvernement pour Hernani, mais Tenero duce et auspice tenero, c’est-à-dire : vous étant là, je me fiche de Bonaparte. Je n’ai pas encore le livre de Jade, remerciez, en attendant, madame Catulle Mendès pour son gracieux et charmant envoi. J’ai foi en mes acteurs, dites-le leur, comme vous savez tout dire, et bon courage à tous. Je suis toujours, et sans rouille,

Hierro.

Je suis ravi de m’appeler si bien en chinois[5]. C’est encore Hierro[6].

  1. Les Annales politiques et littéraires, 23 novembre 1913.
  2. Inédite.
  3. Bibliothèque Nationale.
  4. Inédite.
  5. Catulle Mendès (Judith Gautier) avait envoyé à Victor Hugo son nom écrit en caractères chinois et la traduction de ce nom.
  6. Bibliothèque Nationale.