Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/376

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au même[1].


H.-H., 29 juillet.

Que vous êtes bon ! Voici nos arrangements. Nous partons demain 30 par Cherbourg, et nous arriverons peut-être en même temps que cette lettre. Mme Drouet me donne une chambre au 4e de sa maison ; peut-être accepterai-je pour Mariette (deux ou trois jours) votre offre hospitalière de la chambre de Clémence. Puis nous irons, le plus tôt possible, habiter Auteuil. Je n’emporte pas les Quatre Vents de l’esprit, la copie n’étant pas complète ; mais je puis toujours en huit jours avoir le manuscrit. Je crois du reste qu’il faut commencer par Quatrevingt-treize, et c’est aussi votre avis ; prose après vers. Il m’est fait des offres ; je vous en parlerai. — J’espère trouver Victor mieux. J’ai la fièvre de vous revoir tous. Ô mon doux ami, que vous êtes admirable, et comment faire pour vous remercier de tout, depuis la bonne hospitalité que vous m’offrez, jusqu’à la ravissante histoire que vous me faites lire !

À bientôt. À tout de suite.
V.[2]


À Madame d’Alton Shée.


1er août.

Avez-vous trouvé mon nom, à votre porte, madame ? Mon nom venait se jeter à vos pieds, et vous demander une grâce. Soyez assez bonne pour venir dîner avec nous (chez Victor, Auteuil, villa Montmorency) mardi 5 août, à sept heures, je serai bien heureux de me mettre à vos pieds, et de redire à mon cher d’Alton combien je suis son ami.

Victor H.

Un bon oui, n’est-ce pas ?[3]

  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Communiquée par M. Victor Degrange.