Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Auguste Vacquerie[1].


Bruxelles, 3 7bre.

Cher Auguste, Victor me montre votre lettre. Voulez-vous être assez bon pour transmettre vous-même le mot ci-inclus à M, Ernest d’Hervilly. Alice est souffrante, Charles est un peu inquiet, de là un sombre dans la maison. Nous vous espérons, ainsi que Paul Meurice, et c’est de la sérénité et de la joie en perspective. Je crois que l’article de Charles, une visite à V. H., gagnerait à ne paraître qu’aux approches de la réunion de la Chambre (en 7bre, je suppose). Il s’agit d’un serment, et alors il sera opportun. C’est aussi l’avis de Charles et de Victor.

Mais quelles belles et fortes pages vous écrivez ! Votre réplique au Constitutionnel était charmante et superbe, Rochefort nous dit que Delescluze a riposté à Charles, mais que cela ne vaut pas une réponse. Ici on ne lit pas le Réveil, et nous en croyons Rochefort.

Votre chambre, et celle de Meurice, sont prêtes et nous vous attendons. À bientôt 'Fauste. Ce sera le livre d’un maître, et le livre d’un homme. — Nous vous aimons bien.

V. H.[2]


À Albert Baune.


Bruxelles, 6 septembre 1869.
Mon jeune et vaillant concitoyen,

Vous donnez un nouveau journal à la Liberté, c’est bien. Une voix de plus, c’est une victoire de plus[3].

Tout jeune, vous avez fait vos preuves ; preuves de talent, preuves de courage, preuves de solidarité. Vous ne savez pas plus reculer comme homme que reculer comme esprit. L’immense bataille du siècle contre le passé veut des combattants comme vous.

J’ai connu votre père, j’ai siégé près de lui. Mon fils aujourd’hui combat près de vous. Moi, quoique absent, je suis là. Votre père aussi est présent. Son âme vous regarde du fond du tombeau comme la mienne du fond de l’exil.

Courage et en avant !

V. H.

[En marge :] Le Rappel est un arbre vivace et vigoureux. Votre journal n’en sera pas la branche la moins robuste[4].

  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Albert Baune venait de fonder le Rappel de la Provence. Il avait été secrétaire du Rappel des sa fondation.
  4. Actes et Paroles. Pendant l’exil. Reliquat. Édition de l’Imprimerie Nationale. — Brouillon. Collection Louis Barthou.