Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/125

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Cette heure est loin d’être venue. Je suis donc forcé de m’abstenir.

L’exil, surtout lorsqu’il est volontaire, doit se rester fidèle à lui-même, et vous l’approuvez certainement.

Mais s’abstenir, ce n’est point abdiquer. Je vous envoie ma vive et cordiale adhésion. J’applaudis en vous l’homme de foi et l’homme de talent.

Un grand succès attend votre journal. Vous êtes de ceux qui veulent le progrès tout entier, et qui ont pour point de départ deux grandes dates :

1789, c’est-à-dire la révolution dans les principes ;

1830, c’est-à-dire la révolution dans les idées.

Je vous crie : courage ! et je vous serre la main.

Victor Hugo.
Ancien représentant du peuple (Seine)[1].


À Charles. À François-Victor[2].


H.-H., 7 avril.

M. Chassin demande votre adhésion à tous les deux à la Démocratie[3]. Je vous conseille de la donner purement et simplement (comme ont fait Vacquerie et Meurice) sans souscrire, afin de ne pas refaire le mistake du Peuple. M. Chassin est excellent, mais il a une queue proudhonienne. Se méfier, comme dit Proudhon. — Un pasteur protestant m’a écrit. Charles, sans le vouloir, a froissé l’épiderme du protestantisme hollandais et du ministre Perk de Dordrecht. La lettre est longue, polie, un peu bête. J’ai répondu ceci, qui est la vérité, sans concession, mais obligeante. — On joue ici les Misérables. C’est M. Rousby qui présente « ses respects » à monsieur François. Voilà la commission faite. J’espère que tout est bien place des Barricades. Je vous serre dans mes bras, mes doux enfants bien-aimés.

V.

Ci-inclus l’affiche des Misérables. J’ai reçu des traductions de la Voix de Guernesey en allemand, en anglais, en espagnol, en hongrois, quatre en italien. La dernière signée Nicolas del Vecchio, rédacteur du Popolo à Naples, contient en outre la Voix de Caprera, les vers que Garibaldi m’a adressés, traduits en italien[4].

  1. La Démocratie, mars 1868. Lettre réimprimée dans Actes et Paroles. Pendant l’exil. Reliquat. Édition de l’Imprimerie Nationale.
  2. Inédite.
  3. Le 11 avril Victor Hugo envoyait à ses fils la lettre que Chassin lui avait adressée le 4 avril, avec, au coin, cette note : « Voici la lettre de M. Chassin. Je persiste dans mon conseil ».
  4. Bibliothèque Nationale.