Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome I.djvu/620

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


1844.


À M. Harel[1].


[Janvier 1844.]

Il me semble , mon cher monsieur Harel, que mon mot : et ce sera ta mort n’est décidément pas assez sublime et ne répond pas à l’attente du public en un pareil moment. L’effet, — qu’en dites-vous ? — me paraît entier après le serment de Gilbert[2], et le susdit mot sublime est plutôt un accroc qu’autre chose. Pour ne faire dire qu’un mot, et pour le faire dire par mademoiselle George, il faudrait vraiment trouver un beau mot. Or je ne trouve rien. Supprimons donc, et laissons tomber le rideau sur le serment de Gilbert qui, hier, a produit, vous vous en souvenez, une sensation complète. Mais d’abord, et avant tout, est-ce votre avis ? est-ce l’avis de mademoiselle George[3] ? Si vous le pensiez tous les deux comme moi, seriez-vous assez bon, comme je ne pourrai peut-être pas aller ce soir à l’Odéon, pour avertir de ma part M. Bouchet[4] et pour faire donner les ordres nécessaires à la chute du rideau immédiatement après le serment prononcé, tout le monde restant tableau.

Pardon de vous parler argot à vous qui parlez si bon français. Pardon aussi de vous déranger pour si peu. Très prochainement j’irai vous serrer la main et mettre toutes mes admirations aux pieds de ma grande actrice.

Victor Hugo.
Ce vendredi matin.

Il va sans dire que nous ne supprimons le mot que si cette suppression convient tout à fait à mademoiselle George[5].


À Monsieur F. Marbeau,
membre du Comité de la statue du maréchal Brune.
Mars 1844.

Excusez-moi, monsieur, d’avoir tant tardé à vous écrire ; j’avais les yeux fort malades au moment où votre lettre m’est parvenue, et je tenais à vous répondre de ma main.

Maintenant, ma réponse, la voici. J’avais quatorze ans et j’étais un pauvre

  1. Inédite.
  2. Marie Tudor. Deuxième journée. À la reprise de ce drame, en 1844 , à l’Odéon, on supprima la scène finale du 2e acte, où L’arrivée du bourreau avait soulevé de violentes critiques à la création, en 1833.
  3. Harel et Mlle George demandèrent le maintien des mots qui « sans être précisément sublimes comme tant d’autres du drame, sont dramatiques, à effet, et entr’ouvrent à merveille l’acte suivant ». (Lettre de Harel.)
  4. M. Bouchet jouait Gilbert.
  5. Collection Louis Barthou.