Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome I.djvu/430

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


servira à décharger d’autant le total de la dette ; c’est une fort légère privation que je m’impose en renonçant à cette montre, et je puis la faire sans me gêner. D’ailleurs je sais, excellent père, que tu es loin d’être riche, et, puisque je suis pour une part dans la dépense faite par M. de La Rivière, ces 200 francs seront ma cotisation personnelle ; ne songe donc plus qu’au reliquat de 286 fr. 80. Il est absolument inutile que je te dise, cher papa, combien une créance de ce genre est sacrée. Le peu que nous savons, le peu que nous valons, nous le devons en grande partie à cet homme vénérable, et je ne doute pas que tu ne t’empresses de le satisfaire, d’autant plus qu’il en a besoin ; il ne subsiste que du produit d’une petite école primaire dont le modique revenu diminue de jour en jour : l’affaiblissement progressif de ses organes et de ses facultés lui faisant perdre par degrés tous ses élèves. Il a attendu dix ans avec une délicatesse admirable, et c’est le seul reproche qu’on lui puisse faire, car je suis sûr que tu aurais fait cesser l’objet de sa réclamation si tu l’avais connue plus tôt. — C’est ce que je lui ai dit en l’engageant à m’envoyer en hâte son compte pour te le faire parvenir ; tu le trouveras ci-inclus avec la lettre qu’il m’a écrite. Je vais m’occuper de chercher l’ancien mémoire détaillé, et, si je le trouve dans le peu qui nous reste des papiers de ma mère, je te l’enverrai sans perdre de temps ; en attendant, tu peux considérer sa note comme authentique.

Adieu, mon bien cher père, mon Adèle te prie d’embrasser pour elle ses deux mères[1] et de leur dire que Juju et Didine se portent à merveille. Tout va bien ici, et tout est impatient de revoir maman Foucher.

Mille hommages à Mme Br…[2], Pinlevé, etc., amitiés à tes amis.

M. de La Rivière, chef d’institution primaire, demeure rue Saint-Jacques, vis-à-vis l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas.

Je t’embrasse bien tendrement.

Ton fils respectueux et dévoué,
Victor.

Je m’occupe de toutes tes commissions.

Le roi m’a fait annoncer qu’il avait ordonné qu’on ajoutât, à toutes les faveurs dont il m’honore, un envoi de porcelaines[3]. C’est me combler

  1. Mme Foucher, d’après ces mots, semble être allée passer quelque temps chez le général Hugo.
  2. Mme Brousse.
  3. Bibliothèque municipale de Blois.