Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome I.djvu/397

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fait tout le contraire ? Est-il beaucoup de journalistes qui se fussent refusé le plaisir de rire du corps bleu du cauchemar ? »

Or, monsieur, dans un article qui a paru sur mes premières odes, article du reste bien trop indulgent, et dont j’ai conservé la mémoire dans le sens que les latins attachaient au mot memor, dans cet article, dis-je, la strophe ci-dessus était entièrement rapportée, avec ces réflexions du critique : « Se douterait-on qu’il est question ici du cauchemar ! Ajoutons que ce rire en étincelles est une image fort étrange, et que le corps bleu ne peut jamais se trouver dans une ode. » Hé bien ! le journaliste, qui ne se refusait pas le plaisir de rire du corps bleu, et qui faisait ainsi tout le contraire de ce que M. Z… déclare avoir fait, n’était autre que M. Z... (Voyez le Journal des Débats an 17 novembre 1822.) C’est même d’après l’avis bienveillant de ce critique distingué que je corrigeai ce ridicule corps bleu dans la seconde édition de mes odes.

Je m’adresse à vous, monsieur, pour obtenir l’insertion de cette lettre, craignant que la modestie de M. Z… ne lui permît pas d’en réclamer lui-même la publication. Je désire qu’il demeure convaincu et de ma vive gratitude et du plaisir avec lequel j’ai fourni au public l’occasion de lire un nouvel article de lui.

J’ai l’honneur, etc.

Victor Hugo[1].


À Monsieur Villars[2]
membre de l’Académie française.


Le dimanche 14 novembre.

Depuis deux ans, presque toujours absent de Paris, je n’ai pas eu l’occasion de cultiver autant que je l’aurais voulu l’agréable et utile commerce de M. Villars. Je suis enchanté aujourd’hui qu’une circonstance fortuite me ramène vers lui et me mette à même de renouer une connaissance qui m’est si précieuse. M. de Lamartine, mon ami, est un des candidats à la place vacante dans l’Académie française ; et, avant de se présenter chez M. Villars, il a désiré que je le prévinsse. Je lui ai dit que la bienveillance dont M. Villars m’avait donné tant de preuves ne suffirait pas seule pour fixer son choix ; mais je ne doute pas que le mérite éminent et l’admirable

  1. La Gazette de France, 12 août 1824. — Cette lettre et celle qui la précède sont reproduites dans le Drapeau Blanc du 13 août 1824.
  2. Par inadvertance, Victor Hugo a ajouté une s au nom de Villar. Villar était secrétaire perpétuel de la classe des belles-lettres.