Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/262

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Otium cum labore.




Ma vie se résume en deux mots : Solitaire. Solidaire




Si Paris succombe, je ne succomberai pas. Je conserverai l’espérance altière.

Je rentrerai dans la solitude, j’allumerai sur mon rocher d’exil la lumière de l’avenir, je crierai : États-Unis ! République ! et je montrerai, à l’Allemagne devenue Prusse, la France devenue Europe.




29 janvier.

Je suis venu à Paris dans l’espérance d’y trouver un tombeau.

J’irai à Bordeaux avec la pensée d’en rapporter l’exil.




J’aspire à m’en retourner au bord de la mer, ayant pris cette habitude de grandeur.




29 janvier.


Un nain qui veut faire un enfant à une géante. C’est là toute l’histoire du gouvernement de la Défense nationale. Avortement.




La France est la tête humaine.

Coupez cette tête, si vous l’osez.




Le citoyen est absolument souverain ; le représentant ne l’est que relativement. Il est limité par son mandat. Le citoyen ne doit de comptes qu’à lui-même ; le représentant en doit au peuple.

La souveraineté diminue à mesure que la puissance augmente.




La Révolution a pu être une opération chirurgicale ; mais la civilisation doit être une opération chimique. Ne confondez pas l’une avec l’autre, et faites en sorte que toutes deux soient d’accord, et aillent au même but.




Une guerre entre européens est une guerre civile.




Le parisien désormais est le mètre de l’homme.