Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/400

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


remarque sa figure anguleuse, honnête et égarée. Il a un col rabattu et des manchettes blanches.

Caussidière s’est souvent agité pendant la lecture du rapport. Louis Blanc a demandé la parole d’un ton indigné. Caussidière a crié : C’est ignoble ! Au mot stupides bourgeois que le rapport lui attribue, il a dit : Calomnie !

Pendant la seconde partie du rapport, Ledru-Rollin a pris une plume et a écrit des notes. La lecture de la première partie a duré une heure.

Le rapporteur Bauchart, avocat à Saint-Quentin, a une voix et un geste de procureur général.

À la seconde partie du rapport, Marrast avait quitté le fauteuil et était remplacé par M. Corbon, l’ouvrier horloger. Le rédacteur de l’Atelier a succédé dans la présidence au rédacteur du National.

Pendant le rapport, il m’a été impossible de ne pas croire entendre un rapport de Franck Carré à la cour des pairs.

François Arago est absent. Étienne Arago est à son banc au bas de la troisième travée de gauche avec le ruban de représentant à la boutonnière. Ce ruban commence à tomber en désuétude. Il n’y a plus guère qu’une moitié des représentants qui le portent.


3 heures et demie. — Odilon Barrot monte par l’escalier de la Montagne et sort de la salle. Les tribunes remarquent son habit vert russe et sa couronne de cheveux blancs qui ressemble à la coiffure des évêques.

Bastide arrive tard et se place au banc des ministres à côté de Goudchaux. Dupont de l’Eure est à sa place, trois bancs au-dessous de moi à côté de Nachet. Dupont de Bussac au banc des ministres promène lentement un binocle sur les femmes des tribunes.

À un moment où le rapporteur a parlé de la déposition d’un représentant, David d’Angers s’est levé au deuxième banc de la Montagne et a crié :

Nommez-le ! (Violent tumulte.)




séance de nuit.


25 août.

Les tribunes regorgent de foule. Tous les représentants sont à leur banc. Les huit lampes et les sept lustres de l’Assemblée sont allumés.

On parle d’une émeute qui s’amasse, dit-on, sur les boulevards. Ces jours-ci il y a eu des rassemblements dans le jardin du Palais-Royal. — Que n’a-t-on fait fermer les grilles ! s’écrie M. de Champvans.

On dit que les troupes sont sur les dents.